AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ni torche, ni foule en colère : c'est déjà ça !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aymar

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 29/08/2011
Localisation : porté disparu

MessageSujet: Ni torche, ni foule en colère : c'est déjà ça !   Mer 31 Aoû - 13:40

- Prends garde à toi, Quat'pas ! Ici tu ne pourras faire confiance à personne ! lui lança l'un des marchands qui s'était accoudé au bastingage.

Aymar acquiesça silencieusement en regardant s'éloigner Le Moissonneur, imposant trois mâts qui transportait les marchandises de Terranobili. C'est à son bord qu'il était parvenue jusqu'à l'île aux pirates. La traversée fut paisible, mais d'une longueur désespérante.
Cela lui a au moins laissé le temps de se rendre compte qu'il avait encore des progrès à faire niveau sociabilité. Car si tout se passait bien au village, il lui semblait à présent évident que c'était grâce à son père qui faisait office de relais. A bord du vieux galion la situation était différente. Les gens semblaient tous vouloir interagir avec lui, ce qui lui donnait plus l'impression d’étouffer que d'être un membre à part entière de leur communauté.

Malgré tout, il avait su se montrer suffisamment civilisé pour ne pas être passé par dessus bord. Et le voilà à présent arrivé à destination, droit sur ses sabots et fixant l'horizon depuis son ponton. Et maintenant ?

Car s'il avait conscience d'être au seul endroit où il ne risquait pas de devoir fuir l'avancée du Gouvernement, il devait bien avouer n'avoir aucune piste pour la suite des évènements. Hors s'il devait finir ses jours ici, il allait bien devoir trouver une occupation autre que de passer ses journées à flâner sur les quais. Il se mit donc en route vers l'intérieur du port, espérant avoir une révélation en arpentant les voies pavées.

Ce sont les nombreuses mouettes qui virevoltaient au dessus des quais et les rats qui se faufilaient avec discrétion entre les caisses de marchandises, que le centaure remarqua en premier. Il se sentait finalement assez proche d'eux, vivant au milieu des humains sans réellement faire partie de leur monde. D'ailleurs en parlant d'humains, eux aussi étaient présent en nombre. Grouillant en tous sens autour de lui, ils semblaient toujours aussi agités. A leur décharge, il fallait reconnaitre que leur rapport au temps était différent du sien.
Puis le plus important était qu'ils ne montraient aucune hostilité à son encontre, chose appréciable puisqu'il risquait de faire de vieux os dans le coin. Il ne lui restait donc plus qu'à faire son trou.

Ne pouvant décemment pas compter sur le hasard pour trouver un toit, il avait prit la décision de s'intégrer au mieux de ses possibilités. Son expérience lui avait déjà apprise que des vêtements pouvaient tout changer. Car si les bipèdes ne s'offusquaient guère de le voir se promener la croupe à l'air, ils semblaient le ranger dans la case civilisé s'il revêtait un haut, tandis que le fait d'apparaitre torse nu les amenait à le considérer comme un sauvage analphabète.
Il avait donc prit la précaution de se vêtir d'une chainse en lin, par dessus laquelle il s'était drapé dans une étoffe en feutre brune comme un grec dans un himation.

Ramenant une partie de la toile sombre sur sa tête pour s'en faire une capuche, il réfléchissait au meilleur endroit où se rendre. Seul, il ne risquait pas d'aller bien loin, sa naïveté ne jouant pas en sa faveur. Il lui fallait donc trouver une personne de confiance à laquelle s'en remettre. Si en prime cette personne pouvait lui permettre d'accroitre ses connaissance, ce serait encore mieux. Seulement, il fallait pouvoir débusquer cet oiseau rare.
Profitant qu'un docker le doublait sur sa droite, il lui agrippa l'épaule pour l'arrêter et s'adressa à lui :

- Si vous deviez trouver une chose ici, où iriez-vous ? demanda-t-il avec un ton plus approprié à un interrogatoire qu'à une discussion de salon.

- Heu... bein... Je pense qu'il n'y a rien à Clavinia que Matthew ne puisse trouver. lâcha le convoyeur visiblement troublé par cette question pour le moins évasive.

Après lui avoir soutiré la localisation de cet homme si bien renseigné, Aymar partit au trot en fendant la foule de sa bruyante foulée. C'est maintenant que les choses sérieuses allaient commencer.

_________________
avatar (c) Syrkell


Compétences :
Raciales - Civilisation : 2 / Sciences de la Vie et de la Terre : 3 / Synergie : 1
Communes - Déchiffrage : 1 / Marin : 1
Reste - 0,25 pts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ni torche, ni foule en colère : c'est déjà ça !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Basse :: Port :: Quais-
Sauter vers: