AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une partie de pêche comme les autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sergueï

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 01/09/2011

MessageSujet: Une partie de pêche comme les autres.   Ven 11 Nov - 20:19

_Bon alors tu t'décides, tu tires ou tu pointes ?

_ Attends que j'te dis, c'est pas l'nord qui va t'bouffer si j'prends deux s'condes pour jouer, si ?

Il y'a d'ces gens étranges que tu te dis. Assis sur un banc, tu regarde deux vieillards en pleine partie d'un jeu dont tu ne comprends pas toutes les subtilités. Mis assis, mis debouts, ils lancent chacun leur tour -quoi qu'parfois ils en mettent deux d'affilés » de grosses boules d'argiles en direction d'une minuscule balle de chiffon rose. Une bouteille de pinard emmitouflée dans ta main se perd parfois au fond de ton gosier. Ça fait maintenant trois jours que tu es arrivé sur l'île. T'as bu, beaucoup, et dormis surtout. Maintenant tu réfléchis à la suite des événements. Il te faut trouver un travail rapidement, le peu d'argent mis de côté s'est déjà envolé et tu ne tiendras plus longtemps sans crever la faim. Tes poches sont vides, tout comme ton ventre, ça s'annonce mal. La place principal où tu t'es installé te permet de voir tout un panel de gens. Des plus riches aux plus pauvres, ils semblent tous traîner leurs guibolles à cet endroit au moins une fois dans la journée. Seuls les deux vieillards restent plus de quelques minutes ici. Ce doit faire deux heures maintenant qu'ils jouent à leur drôle de jeu. Le reste des passants foule la terre battue de la place plus ou moins rapidement. T'en vois pas mal gamberger vers le port, alors tu décides de laisser les deux fossiles et pars vers l'endroit où sont amarrés les bateaux.

Rendu au niveau du quai, tu aperçois un homme en plein démêlage de filet. Tu t'approches du pêcheur avant de lui poser une question d'un air détendu entre deux bouchées de cigarette.

_T'aurais pas b'soin d'aide par hasard ?

Le bougre se débrouille comme un pied, et n'en finit pas de s’emmêler les pinceaux. La vingtaine à peine passée, il doit débuter que tu t'dis. Sans attendre sa réponse, tu décides de l'aider et lui prends le filet des mains afin de faire son travail. Une fois fini, tu l'accroches à la rambarde de son bateau et montes à bord.


_Tu t'débrouilles comme un nœud, et tu tiendras pas longtemps si j't'apprends pas l'métier. Montes à bord, on va pêcher.

Le gosse obéit sans se faire prier. Ça te donne le sourire, le pauvre n'a pas compris, l'est trop naïf pour ce monde. Il se demande quand même pourquoi tu l'aides vu sa tronche. C'est vrai que t'as pas la gueule du mec sympathique par nature, t'as juste celle du gars qu'on évite d'embêter. Malgré le nombre de printemps vus, tu bombes toujours le torse comme un gosse et en imposes encore.

Rendu en pleine mer, vous commencez à lancer les filets. Tu expliques à l’apprenti pêcheur comment éviter les coraux, prendre en compte le courant pour imaginer le chemin que vont prendre les dorades qui vu l'époque doivent être en plein mouvement vers les bancs de roche du sud de l'île. Tu les a vu à ton arrivée il y a trois jours. Le gosse est ravis d'apprendre toutes ces choses et te pose tout un tas de questions des plus incisifs aux plus stupides. Au bout d'un moment, tu commences à ne plus supporter qu'il l'ouvre autant, alors tu sors un canif de ta poche intérieur. La pointant vers le pauvre bougre, tu lui expliques qu'il parle trop, et que tu n'es là que pour pouvoir manger quelque chose. Il comprend qu'il doit se taire, ses yeux se révulsent de peur, mais il est trop tard. Tu te prépares à lui ouvrir le ventre lorsque tu entends un bateau arriver, tu saisis alors rapidement un chiffon que tu enfournes dans la bouche du pauvre garçon . Sans lui laisser le temps de comprendre, tu lui assènes deux coups de couteau au niveau du cœur. Dans ce genre de situation, faut pas réfléchir, c'est toujours le plus rapide qui l'emporte. Deux minutes plus tard, le corps du jeune pêcheur plonge au fond de la mer, entraîné par deux cagettes de poissons pleines. Le bateau que tu as entendu est maintenant quasiment à ta hauteur. T'essayes tant bien qu'mal de nettoyer le sang du bougre mais il y en a de trop pour qu'tu puisses faire ça correctement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Une partie de pêche comme les autres.   Jeu 17 Nov - 21:45

Le vent glissait sur sa figure, ses vêtements flottait dans le vent et se gonflait, l'attirant vers le lointain, vers l'horizon. Il se sentait enfin libre! Enfin il reprenait la mer! Enfin, il pouvait fendre les vagues avec toute la fougue dont il était capable! Se remplir le ventre de butin, allonger sa liste de haut fait et de bateau reconnus et craint.

*Du calme, ce n'est que la révision.*

Jimmy comprenait le sentiment d'exaltation de son navire. Il le ressentait aussi. mais il se devait de le surveiller. Veiller à ce qu'il ne fasse pas de saleté sur la voie publique maritime, tel que des débris flottants s'échappant de ses trous colmatés. Cette sortie était pour voir si la coque ne comportait plus d'aspérités laissant entrer l'eau. Avec tout les dégâts que l'Envergure avait subit dans l'escarmouche navale, quelques planches tordus, abîmer et autres éléments pouvaient se révélé par cette sortie, que les marins dans la cale surveillaient.
Le navire semblait bien vide une fois qu'on avait enlever toutes les planches inutilisables. De nouvelles fenêtre parcourait tout les compartiments de l'Envergure, et favorisait les courants d'air. Donc les rhumes, les maladies, ce qui nous amène aux congés maladies, aux absences, aux RTT, aux 35h ect...

Il fallait à tout prix éviter ça. Il ne manquerait plus que des droits et des pouvoirs de décision à l'équipage... Jimmy n'était pas un vrai capitaine pirate. Souvent sur les prises, une partie de l'équipage se transfert et le choix du capitaine est voté à main lever. Ce ne pouvait être sur son bateau, pour plusieurs raisons:

Il l'a construit.
Il l'a armé.
Il l'a financé.
Il l'a sauvé.
Il l'a commandé.
Et il l'aime.

Autant de raisons tout à fait valable, non?
Quoi qu'il en soit, le navire voguait bien. Les voiles étaient remplacés, le foc réparer. Deux trois voiles n'étaient pas encore mises, mais pour cette sortie Jimmy n'avait de toute manière pas besoin de déployer grand chose, au grand plaisir des marins. Moins de boulot, plus de fun!
De sa longue vue Jimmy observa Clavinia. C'était une ville archaïque avec une organisation impalpable. A première vue du moins. Ce qui était certain, c'est qu'il n'y avait pas de fort. Mais la ville en avait-elle vraiment besoin? L'Empire la tolérait pour le moment, mais vus le nombre de rebelles qui se joignent à ses rues, un soldat de l'Empire en ferait autant assez facilement. La position de l'île n'était pas un problème donc.
En imaginant les raisons politiques qui poussait l'Empire à ne pas l'attaquer pour le moment, Jimmy inventa une seule et unique hypothèse avant de noter un détail important.

"Barre à bâbord Brisk, tu va embrocher deux pêcheurs. Je sais que ça te fais marrer mais on est pas là pour ça."

L'hypothèse en question serait que si l'empire déployait une armada ici, elle paraitrait peut être trop imposante et mettrait en fuite la plus grosse concentration de pirate en mer. Donc côtes, îles, navires. Tout serait en danger. Sauf s'ils parvenaient à quadriller la zone et à n'en laisser échapper que peu, mais ce serait une tâche ardue. En mer, tout se savait.

*Mais la construction d'un fort ne serait pas de trop non plus."

Dans ses pensées, il s'appuya au bastingage fraichement réparé.

Crac
Ou pas.

"Mordious!"

Et plouf, il rentra dans un café. Bon elle est nul.
C'était vivifiant, cette petite eau glacée. Jimmy émergea crachant. Beurk. De la plate forme de commandement à la flotte, il devait bien y avoir quinze vingt mètres. Il avait eut le temps de pensé à beaucoup de choses jusqu'à l'échéance. Tout d'abord "Oh non, pas encore" ce qui était une vielle rengaine, puis "qui est le salaud qui m'a abîmer cette rambarde?" enfin "Elle était pas sensé être réparé? Ils vont m'entendre." et pour finir "ça se rapproche..."

Maintenant qu'il était à l'eau, il n'aspirait qu'à en sortir. Ce n'était pas naturel pour un marin de se retrouver les pieds dans l'eau. C'était bien souvent de très mauvaise augure. Le bateau de pêche n'était pas loin, il nagea dans sa direction et y grimpa. Il y avait un seul occupant, démentant sa longue vue, qui était aussi vieux que lui. Pas la longue vue, le mec sur le bateau. Un vieux pêcheur quoi.

"Pfiou! Content de te rencontrer. J'ai la berlue j'ai cru que vous étiez deux sur ce bateau. Je m'appelle Jimmy, et toi ça baigne?"

Il lui sourit et lui tendit la main. Bon, elle était mouillé et il s'imposait un peu dans cette embarcation. Mais tant pis la force des choses fais tout.

_________________
Marin (3)=> Orientation en mer (2)- Endurance (6) => Dur à cuir (6) - Perception (1) - base de tir au pistolet (1) - base combat main nue (1) - maniement de la Hache (4) -
[Couleur d'écriture #006699]

La plume a assez coulé sans terrain d'entente, il est grand temps de faire parler la poudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une partie de pêche comme les autres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Basse :: Port :: Quais-
Sauter vers: