AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un repos bien mérité - La rose endormie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Un repos bien mérité - La rose endormie   Jeu 19 Jan - 11:43

Le Keltia avait accosté depuis quelques heures à peine. Traversant quais et marée humaine, elle n'avait pas dévié de ses buts et de sa trajectoire, une idée fort précise en tête ayant abandonné au préalable ses compagnons Keltiens pour sa lubie. Vaya venait enfin de trouver ce qu'elle cherchait, après quelques détours par le marché et l'achat indispensables d'habits pour remplacer ceux qu'elle avait... Une petite séance shopping par la suite ne serait pas un mal. Un petit hôtel de quartier, tranquille et en hauteur, loin de toute agitation et dont le nom sonnait comme une promesse "La rose endormie" , et d'y louer sa chambre illico, pour une durée encore indéterminée. Surement jusqu’à la prochaine traversée, à moins qu’elle ne se trouve un charmant bouge dans lequel poser ses maigres affaires, histoire d’avoir un pied à terre. Ses yeux naviguaient de droite et de gauche, appréciant la vue simple que lui renvoyait le mobilier, stable, sans roulis, sans mouvement oscillant maritime. Elle inspira à grande goulée, savourant l’odeur de bois sec et de cire qui lui revenait au visage. Et lorsqu’elle se sentit prête, enfin elle passa le seuil de cette porte, qu’elle referma ensuite d’un claquement sec du talon, vérifiant également que le verrou était tiré.

« ahh… on se satisfait de peu tout de même. » souriant et parlant pour elle-même.

Elle jeta son baluchon sur le lit, et le rejoignit de la même manière, d’un vol léger pour retomber sur le matelas rembourré et propre. Le confort qu’il lui procura la saisit des pieds à la tête, douillet, molletonné…. Et pourtant il n’avait rien d’extraordinaire, si ce n’est que, comparé à celui sur lequel elle dormait depuis des semaines, c’était le jour et la nuit. Du bout des doigts elle tapota celui-ci pour apprécier sa résistance et sa douceur, et avant de sombrer dans les bras de Morphée, elle se releva prestement.

« Mon joli, je te rejoins très vite…. »

Elle s’en serait voulu de souiller des draps aussi blancs. Anna l’avait aidé à se laver sur le Keltia, mais dans une marmite, et cela ne s’était pas forcément déroulé comme prévu. De plus cela commençait à remonter déjà. Le temps avait filé, comme leur réserve d’eau et de nourriture. Elle n’avait pas pu réitérer l’expérience. Elle en avait été contrariée, mais elle avait sur conserver sa dignité et ne s’était pas plainte. Aussi, ce moment là, elle l’attendait avec impatience. D’un pas leste elle pénétra dans la salle de bains adjacente. La baignoire en porcelaine trônait, seule, au milieu d’une pièce, avec deux robinets et rehaussée de 4 pieds dorés. Une desserte en bois accueillait savon, serviette, et bougie pour un confort intimiste propice à la détente. Une vasque oblongue longeait une des parois du mur, et invitait à une toilette de chat, devant un miroir ancien et accompagné d’un broc. Une psyché et un paravent encadraient le coin opposé de la porte, prêts à offrir à son corps l’intimité nécessaire pour se changer. Vaya soupira d'aise en voyant qu'ici, il pouvait se permettre d'avoir un réseau d'eau chaude. Elle ne serait pas obligée de solliciter le maître d'hôtel pour ces quatre caprices...

Laissant couler l’eau chaude, elle partit retirer ses vêtements qui finiraient surement à la poubelle, au feu, ou dans tout autre lieu du même acabit. Le petit tas, en boule, jonchait le sol, et Vaya ne leur accorda aucune pitié ni aucun regard quand elle se dirigea enfin vers les vapeurs du bain, qui l’appelait d’un crépitement suave et agréable pour l’oreille attentive à ce son. Glissant son corps dans l’eau trop chaude, elle se détendit au fur et à mesure qu’elle s’habituait à la température. Elle s’immergea même quelques secondes, profitant de cet havre de paix et de solitude qui lui sied, coupée des bruits extérieurs environnants. Bercée par la caresse de l’eau, enveloppée dans l’onde brûlante, Vaya revint à la surface et s’appuya confortablement contre le rebord de porcelaine, lui-même recouvert d’une serviette pour éviter le froid. Ses paupières se faisaient lourdes, et la jeune femme ne lutta pas longtemps, rejoignant le monde des rêves depuis son bain.

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: Un repos bien mérité - La rose endormie   Lun 30 Jan - 16:54

La rose endormie étalait ses pétales de soie rouge sur la porcelaine. Un bras blanc pendait nonchalamment au dessus du vide, offrant son épaule laiteuse au regard indiscret de la psyché. Le temps semblait suspendu, le vent arrêté, ne voulant briser cet instant de volupté et de grâce ensommeillé. Son esprit voguait de songes en rêves, égaré dans des abîmes inconscients. Une légère buée s’échappait de ses lèvres offertes en un baiser muet.

L’eau refroidissait rapidement, et la belle sursauta lorsqu’un long frisson lui parcourut l’échine. Elle s’étira comme une jeune chatte et profita encore de l’eau tiède pour prendre soin de ses longues boucles emmêlées. Passant ses doigts fins dans l’éclat de feu de ses cheveux, elle s’y attela avec précision, rapidité et habitude. En quelques minutes seulement, comparées au temps engourdi de sa sieste, elle était propre et prête à sortir. Elle glissa une jambe, fluide, puis la seconde pour se réceptionner, avant de se saisir de la serviette sèche qui lui était destinée.

Nue, elle vint s’installer devant la table d’appoint où elle avait posé ses quelques achats rapides. Elle en fit rapidement l’inventaire, poussant du doigt ceux qu’elle n’utiliserait pas de suite. Elle ferait sobre. Un peu de poudre blanche pour unifier le teint, un trait de khôl pour assombrir le regard et une mouche au coin de l’œil droit pour se donner un air mutin, un soupçon de rouge sur les lèvres pour apporter un peu de gourmandise. Rien de vraiment ostentatoire. Passons aux quelques tissus qu’elle s’était procurée sur la route. Son cœur avait balancé entre pratique et confortable, ou plus sage et féminin. Finalement, elle avait fait un mix des deux, piochant ses idées au gré de ses envies.

Une tenue blanche et marron, alliant cuir et mousseline. Une chemise blanche sans manche à col montant, sur laquelle se plaquait un corset court en cuir, lacet devant pour plus de facilité à attacher (ou détacher, c’est selon). Une jupe asymétrique de la même couleur que la chemise, courte devant mais couvrant presque ses mollets derrière. Une grosse ceinture sur laquelle accrocher tous ce qui lui était nécessaire (son arme à feu, son poignard entre autre). La jupe devant laissait apercevoir un lien sur sa cuisse, qui retenait aisément sa petite bourse et quelques économies empruntées à la somme qu’elle avait gagné. Des chaussettes opaques lui remontaient jusqu’en dessous des genoux tandis que ses chevilles délicates étaient enserrées dans des bottillons à talons et lacets, dont le cuir était finement ciselé et agrémenté de dessins.

Lorsqu’elle fut certaine d’être prête, elle sortit enfin, accrochant autour de son cou délicat la cordelette sur laquelle était accrochée la clef de sa chambre. Elle la glissa d'un geste sur à l'abri des regards, dans les replis de la chemise. D’un pas assuré et vif, elle regagna la direction du port, cherchant la taverne où tout avait commencé pour elle. Elle devait y retrouver ses acolytes pour échanger un verre. Il paraît qu’il était de mise de trinquer lors d’une victoire. Elle n’était pas vraiment pressée de les retrouver, un peu d’intimité, de solitude et de distance lui aurait fait le plus grand bien, après des semaines les uns sur les autres en mer. Mais soit, elle se plierait à cette tradition, et puis un peu de détente ne lui ferait pas de mal.


_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un repos bien mérité - La rose endormie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Haute :: Hôtellerie-
Sauter vers: