AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anshin **

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anshin

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 13/02/2012

MessageSujet: Anshin **   Dim 19 Fév - 6:36

Nom : N'en n'a pas
Prénom : Anshin
Surnom : n'en'apas non plus
Age : Entre 20 et 25 ans, on a perdu le compte.
Sexe : Masculin
Race: Loup-Garou

Profession :

Il n'y a pas encore réfléchit. Jusqu'à présent, il s'est contenté de suivre Needle qui payait ce dont il y avait besoin et avant cela il était esclave ( et il n'a pas envie de retourner dans cette branche ). Mais ce n'est pas comme ci c'était un incapable.

Apparence Physique :

Anshin a un physique un peu banal, des cheveux noirs mi-long qu'il brosse à la va vite avec ses doigts, il pense a se rasé un jour sur deux et cela se voit a sa barbe naissante. Il a les yeux marrons. Il est pale, plutôt sec, avec une musculature moyenne... Un physique banal en soit. Sauf depuis que Needle s'en sert comme cobaye et terrain d’entraînement pour ses tatouages, il en a pas mal, plus ou moins beau... Bon par contre, il ne veut pas se faire gribouiller sur le visage. Sur son épaule droite, il a une corne marquée au fer rouge, la marque de son ancien propriétaire.

Sa tenue n'a rien d'extraordinaire non plus, une chemise de lin blanche, un pantalon ce qu'il y a de plus classique, retenue par une ceinture en tissu rouge. Et puis des bottes en cuir, par ce que c'est cool. C'est pas de la grande qualité, mais c'est propre, et ça n'a pas de trous, c'est ce qui compte.

Sous sa forme de loup, il est très grand... Si il avait su se tenir debout, il n'aurait pas été loin des 3 mètres. Mais il ne sais pas, ou alors il a du mal. Il a une fourrure noir, sur la qu'elle ses gants, sont masque et sa cravate blanche ressorte bien ( : Le dessous du museau, une partie du poitrail, et ses pattes arrières et avant, jusqu'au coude/talons ).



Caractère :

Anshin est quelqu'un qui a du temps a rattraper, et consciemment ou pas, il le sais.
Immature, il ne se comporte pas comme quelqu'un de son age, la plus part de ses actes sont irréfléchi et suive le fil de ses sentiments du moment, ses envies. Une chose qu'il sais, c'est que la vie et courte, et la sienne encore plus, et que tout ne tient qu'a un fil. Alors sa liberté, même si au début il ne savait pas trop quoi en faire ( Le libre arbitre est une grande découverte pour lui ), il en profite et il s'en sert, faire ce d’on il a envie, comme il en a envie, au moment ou il en a envie. Tout ce qui ressemble de trop a une responsabilité, le rebute, ce sont de trop grosse entrave a son goût. Obéir reste malgré tout un premier réflexe chez lui, et cela l’énerve quand il s'en rend compte. Même si vous ne le verrez jamais s'opposer directement a une autorité, argumenté, ou essayer de discuté avec celle ci, car en apparence il garde une attitude très soumis. Il se vengera facilement des injustice causé par celle ci, quand elle a le dos tourné, bien sur.

Il laisse la partie « bestiale » de son être prendre une grande place dans son comportement, il n'aime pas lutter contre celle ci, et évite de le faire quand cela est possible. Cela l’empêche de géré sa panique ou les situations de stress, il deviens rapidement agressif et violent. Certaines situation, et comportement obtienne ces réactions plus rapidement que d'autre, un regard trop insistant le mettra beaucoup plus rapidement mal a l'aise ( et lui même ne regarde fixement quelqu'un, sauf quand il est non loin de la transformation et que cette personne lui ouvre l'appétit ), les postures, les mouvements et les contactes qui limiterais ses possibilités de mouvement, sans parlé des lieux clos. L'idée d'être enfermer lui est presque insupportable. Il doit sans cesse se rassuré en surveillant les issues, qu'elles ne sont pas bloquée, et que personne ne l'empêche d'y accédé.

Il reste quelqu'un d'ouvert, prêt à discuter et à aider si l'envie lui prend. Cependant, il ne s'attache pas facilement au gens, et se lie encore moins vite d'amitié. Cela ne veut pas dire qu'il n'est pas loyal ni compatissant. Juste que les alliés, les compagnons, les gens ne font que passer. Sauf Needle, elle est toujours là elle.




Histoire :

Je n'ai jamais essayer d'imaginer quel enfant j'aurais été si il en avait été autrement, quels rêves aurais-je eu, ou a quels jeux aurais-je jouer. Ça n'aurais fait partie que d'un passer hypothétique qui ne m'aurais avancé a rien.

Ma mère, je m'en souvient peu. En dehors de ses yeux et de ses cheveux, elle m'a aussi léguée sa condition d'esclave. J'ai grandit avec cette idée, que toute ma vie, ma liberté et ma vie appartiendrais a quelqu'un d'autre.

Elle était esclave de Sir Atticus Longhorn d'une île d’on je ne me suis pas embarrasser a retenir le nom. Il était marchand d'esclave de loisirs. Cela veut dire que ses esclave n'avaient presque aucune utilité à par distraire, ou se donner une image. Des danseurs, des chanteurs, des conteurs, des musiciens, des cuisiniers et toute sorte d'artiste qu'il réussissait a dégoté. Parfois il nous.. il les louaient même pour quelque année, au lieu de vendre. Bien entendu, il était riche, arrogant, se prenais pour un original épicurien.

Je ne me souviens pas de ce qu’exerçais ma mère, elle a été vendue dès qu'elle s'est remise de l'accouchement, surtout d'un point de vue esthétique. Et puis moi, je suis rester là. On m'a apposé la marque de mon propriétaire très tôt, puisque que je ne m'en souviens pas.

Dès qu'il a été possible, on m'a appris a obéir, et on m'a fait obéir.

J'étais avec les esclaves « inutiles », ceux qui ne savaient rien faire de particulier pour entré dans le commerce du Maitre, trop jeunes, ou pas assez beau. Donc on se voyait échoir toute les tâches domestique de son domaine, et pas des plus agréables. Ça pouvait être du nettoyage ( allant de celui des chambres a celui des latrines ), de la cuisine ( Allant du nettoyage des couverts, passant par la tache de vider les poubelles, en finissant par celle de vidé les carcasses. ) et... Beaucoup d'autre chose, le domaine du Sir était grand, il n'y manquais jamais d'activité. A différents endroits de la hiérarchie était installer des gens libres, ce qui évitait toute tentative d'empoisonnement, de rebellions ou d'autre idée peut plaisante qui aurais pu nous.. Leur passer par la tête.

J'ai « grandit » avec quelque enfants de mon age, et j'ai survécu à tout ce qui en a emporté une grande partie, l'épuisement, le manque de nourriture, les deux trois maladie qui passaient par là, et les infections. Une sorte de sélection naturelle en soit. Les esclaves de notre... Leurs niveaux se remplace si facilement qu'il revient moins cher d'en racheter un autre. Ceux qui étaient destiné a la vente pour leurs talents étaient mieux entretenu. L'un des gosses eu de la chance, il était beau d'après les critères du Maitre. Alors il fut formé par un des esclave talentueux mais pas suffisamment jolie pour être vendu ( qu'il garde uniquement pour ça. Au final, il rentabilisait très bien tout le monde... ) .

Le Maître avait beaucoup de lubie a ce qu'il paraissait. Jusqu'à mon treizième anniversaire, je ne m'en étas jamais préoccuper. Il pouvait bien faire ce qu'il voulait, ça ne changeras rien a ma besogne, me disait-je. Et bien, j'avais tord.

Il voulait un loup-Garou, rien que ça ! Oui, car dans ses esclaves, si le Maître pouvait avoir des humanoïdes ou autre truck étranges, il était aussi pour ! C'est toujours distrayant de gardé ce genre de chose en cage d'après lui. Bref il fit construire une cage en argent. Le sol de celle ci, c'était une grande plaque de fer, poser du des barreaux d'argent. La bestioles pourrait toujours essayer de défoncé cette plaque elle ne pourrais pas pour autant se tiré.

L'idée lui était venue car depuis peu, non loin d'ici, une de ces bestiole lycanthrope sévissait. Il ne s’imaginait pas la faire capturer, que se soit de jour ou de nuit. Premièrement car de jour, il faudrait le reconnaître, et de nuit, il n'avait pas envie de sacrifier sa précieuse garde (constitué de personnes libre bien entendu.). En faite, à chaque pleine lune, il sélectionnais ( comprenez qu'il envoyait un de ses valet, qui envoyait un majordome, qui envoyait un domestique, qui envoyait un esclave sélectionner. ) quatre ou cinq d'entre nous.. Eux, pour les attacher dans la forêt et tenter d'en ramasser un encore vivant qu'on mettrait presto dans la cage et qu'on espérerait qu'il survive. Bon on ramasserait les morts aussi, histoire que ça fasse propre.

Moi dans cette histoire, j'avais été choisi pour une besogne moins pire. Celle de tenter de ramasser celui qui serais encore vivant, et les restes des autres pour que ça fasse propre. J'avais treize ans quand je me mis a ramasser des viscères humaines éparpillée un peut partout, en compagnie de trois autres types. Tout les matins après la pleine lune, un de nos supérieur libre nous emmenais dans une carriole, accompagné d'un doc' ( Au cas ou ) libre aussi et de deux gardes armé ( au cas ou aussi, mais surtout a notre sujet ). Et tout ces matins, on brûlait des restes.

Au bout d'un certain temps, tout le monde avait la trouille a l'approche de la pleine lune : Qui allait être choisi. Tout le monde se tenait a carreaux et certains tentaient des truck fou quand ils étaient persuadé d'être cuit. Moi, j'savait que je ne risquais rien, j’étais trop maigre et trop jeune pour avoir une chance de survivre. Donc on ne me choisirais pas.

Mais le Maître s'impatientait, il voulait sa bestiole, et bien entendu, c'était de notre faute si on en ramenait pas vivant, on mettait trop de temps pour arriver. Moi, je suis certain qu'une minute de plus ou de moins ça ne change pas grand chose quand on a la moitié des boyaux arrachés et disséminés un peut partout. Mais je n'y connais rien vous m'direz... Mais le Maître ordonna ( comprenez : Le Maître dit d'ordonner à un de ses valet qui passait le message à un des majordome, qui passait le message à un domestique, qui passait le message à un esclave bien placé. ) qu'on y aille plus tôt.

Et chaque matin de pleine lune, on se rendait sur les lieux plus tôt. Si bien qu'un matin, l'aube n'était censée arriver que dans une petite heure, tellement on était arrivé tôt. Je crois que je n'oublierais jamais ce matin, tout du moins, la partie dont je me souviens. Ce que j'ai oublié, bah c'est trop tard.

Tout le monde était très nerveux, personne n'avait envie de se rendre dans la clairière où il y avait les reste de quelque type et une bête sanguinaire qui bouffait tout ce qui bougeait seulement la nuit alors que le soleil n'était pas encore levé. Moi y compris. Mais on avait pas tellement le choix.

Le type responsable de nous, avait arrêter la carriole. Juste a l'entrée de la clairière, là ou on profitait bien de la lumière de la lune. On distinguait les ombres des arbres, quelque corps suppliciés, et on devinait le reste. On était tous là, silencieux, immobile. Aucun d'entre nous n'était décidé à s'avancer dans les ténèbres où la mort pouvait se tenir tapis derrière chaque arbre. Quand un immonde gargouillis nous tira de nos réflexions ( Imaginez que vous vous gargarisez avec du sang directement avec vos intestins, vous aurez une idée du bruit. ).

Mes trois compagnons se ruèrent en dehors de la carriole car c'était certainement quelqu'un d'encore vivant ( mais pas pour longtemps. ). Cette réaction peut vous sembler stupide, mais imaginez vous que durant presque 2 ans, chaque mois, entre quatre et cinq d'entre nous était envoyés se faire dévorer vivant. Exaucer le vœux du Maître, c'était enlever une putain d'épée de Damoclès d'au dessus de la tête de pas mal de monde, eux y compris.

Moi, comme j'étais moins impliqué, je n'avais pas bouger de la carriole ( de toute façon, on m'avait oublié ). Les gardes s'étaient tirés à leur suite pour les garder à l’œil, et je distinguais leurs ombres se mouvoir autour d'un presque cadavre. L'un d'eux se mis a hurler «  Il est vivant ! Il est vivant ! ». C'était tout ce qui importait apparemment, par ce que le Doc' sauta à terre et courut les rejoindre. Tout le monde voulait s'accrocher à cet espoir fou que le type survivrais. Pour tout vous dire, moi, j'y croyais pas trop. S'en suivit des dialogues un peu dégueu, et pas discret. « Tenez remettez les intestins ici, que je puisse recoudre. » «  Il fait des bulles par ici, c'est pas trop grave ?» « Il ne manque pas des morceaux là ? » « Vous ! Faite un feu pour qu'on cautérise ! » entrecoupé avec quelques « Grlaaarrrbl ».

Je crois que ce boulot les avaient rendu un peu fou. Je crois aussi qu'ils avaient fait trop de bruit, car le loup-Garou était visiblement revenu sur ses pas. On aurait pu aussi lui prêter une certaine malice en disant qu'il se serait caché dans les fourrés attendant un peut pour bouffer la gueule de tout le monde, mais il ne me semblais pas doué de suffisamment de réflexion pour cela.

Quand l'une des personnes qui s’affairaient autour du bientôt cadavre se vit décapité par la créature, tout le monde fui en hurlant dans tout les sens. Moi, comme j’étais dans la carriole, je me suis juste mis a hurlé, et celui qui était responsable de nous, qui était rester dedans les rênes en mains décida que fuir était la bonne solution.

C'est peut être là, que je me suis rendu compte qu'un loup-Garou ça court très vite. Qu'un loup-Garou est un prédateur. Qu'un prédateur court après tout ce qui se comporte comme une proie. Et que les proies fuient. .

Bref la carriole était devenue une grosse, très grosse proie. Et le loup-Garou fit ce que tout prédateur fait avec une proie, il la chasse. Je n'eut pas le temps de prendre ma respiration que la carriole avait été renversée par le monstre. Pour la suite, tout est très mélangé. Je peut dire sans hésitation qu'ils sont pas mal a ne pas avoir survécu, dont le responsable, et le cheval. Pour les autres, aucune idée.

Le monstre s'en est d'abord pris au responsable, ses hurlements se sont vite arrêter, aussi vite qu'il a cessé de se débattre. Je crois que ça a rapidement lassé le Loup-Garou, qui s’intéressait finalement au cheval ( Qui était tombé sur le flan et entravé par la carriole, labourait le sol dans la panique la plus totale ).

Mais quand j’eus repris mes esprits, ma seule et unique réaction fut de me lever, d'hurler, et de partir en courant comme un lapin en fuite. Je n'ai jamais été doué pour gérer la panique, encore aujourd'hui. Douleur, étoiles, croc, déchirement, humidité, hurlement ( les miens ? ), grondement, choc... Et plus rien.


Je ne me souviens plus trop des premiers jours qui suivirent. C'est très flou... La journée j'étais épuisée par les nuits qui venaient de prendre un tout autre sens. Je crois qu'être un loup-Garou n'est généralement pas une chose simple, mais être un loup-Garou enfermé en permanence, qui ne peut pas laisser libre cour au moindre instinct que lui inspire cette condition, je pense que c'est plus dur. En tout les cas, la bête vivait mal cet enfermement.

La cage était assez large pour elle, pour moi. Mais pas suffisamment haute, sans doute que par soucis d'économie d'argent. Je n'avais pas a lever les bras bien haut pour toucher mon plafond. Du coup, la bête devait se tenir sur ses quatre pattes, tout le temps, toujours, et nous n'avions pas fini de grandir. C'est pour ça je crois, que mon moi-loup a du mal a se tenir en bipède maintenant.

Finalement, je me suis remis. Pendant un temps, j'ai espéré que je pourrais sortir la journée. Mais c'était une contrainte d’on on pouvais se passer. Et Sir Atticus gardait toujours la clef sur lui. Alors j'ai compris et je me suis fait une raison. Heureusement on me laissait tranquille lorsque que j’étais sous ma forme humaine, sauf quand on passait pour me nourrir et nettoyer ma cage. Sans l'ouvrir bien entendu, on passait les truck entre les barreaux. Les esclaves chargés de cette besogne changeaient sans cesse, j'ai vite compris qu'ils n'aimaient pas cette corvée et voulaient s'en débarrasser, ils avaient un peut peur je crois. Ce qui était stupide. Je sais que je commençais aussi a me contrôler un peut mieux. Car ne pas me transformer m'évitais des nuits de fatigue et réduisait les jours ou le Sir pouvait m'exhiber, et savoir rester calme dans la cage, évitait de trop s'approcher des barreaux ( et qu'on se lasse rapidement de moi ). Mais cela restait très limité.

Mon seul passe temps, était d'écouter, d'observer, de deviner. Personne n'a jamais eu l'idée de m'offrir la moindre occupation, sauf un ami très drôle du Sir qui un jour ramena un os. Je crois que grâce a tout ce temps a tuer, j'ai pu devenir un peut plus attentif a ce qui m'entourais.

J'ai arrêté de compter le temps qui passait et les lunes qui défilaient. Un jour Needle vint, et depuis ce jour ce fut toujours elle. Elle n'avait pas peur, elle était folle, et elle puait. On se parlais peut, voir pas du tout mais ça ne me dérangeais pas puisqu'elle n'essayait pas d’échanger de corvée avec quelqu'un d'autre. Sauf une fois pour me demander de qu'elle manière je me contrôlais, et ma puissance. Je crois qu'elle fut satisfaite de ma réponse car elle vint me proposer un plan pour que nous nous échappions. Pour moi, c'était « ça passe ou ça casse ». Je n'avais qu'a attendre que Needle puisse exécuté le début de son plan.

Un jour, elle vin avec la clef de la cage. J'étais malade et fatigué, car je venais de subir la pleine lune en sont entier, se soir, elle paraîtrait pleine, mais ne le serais pas... Et demain soir elle ne le serais plus. Elle me fit promettre de ne pas sortir de la cage avant la nuit, ce que je fit sans hésité, car autrement que sous ma forme e lycanthrope je doutait d'avoir la force nécessaire pour me faufiler, d’esquiver, de me cacher, de fuir a travers campagne, me défendre si besoin etc. Le tout avant qu'on se rendent compte de ma disparition... Alors après avoir promis, après avoir entendu la serrure cliqueté, je me roulait en boule sur ma paillasse le sourire au lèvre, et m’endormis en attendant le levé de la lune. Se soir, mon loup déchirerait, broierait, arracherait, déchiquetterait, mordrait, lacérerait... Quitte à y rester ici, ce serais en dehors de la cage.

Je crois que ce fut la plus belle réception de Sir Atticus Longhorn eu faite. Bien qu'il n'y eu aucune vente, et qu'une grande partie des invités furent tués. Je ne sais plus trop comment je m'y suis pris, comme toujours la bête me vole une partie de mes souvenirs, et la fatigue une autre, mais je fut au point de rendez vous.

Tout ce que j’eus a faire ensuite, c'est ( après m'être habiller avec ce qu'elle m'avais apporté ) suivre docilement Needle, me taire la majorité du temps, et faire ce qu'elle disait. Je l'avoue c'était une tache assez simple. Sauf quand elle demandais a ce que je me cache dans des endroits exiguë, genre des cabines, des recoins de cales et compagnie... Mon loup a compris sont autorité. Je crois.

La première traversée fut un échec. Bien que Needle eu obtenue une cabine dans la qu'elle je put me cacher. Quelqu'un fini par comprendre ce que j'étais et on nous fit débarqué plutôt rapidement. Et je crois que j'ai eu de la chance, qu'ils nous débarquent sur terre, et qu'ils furent presser de repartir aussi.

Ensuite, nous fîmes attention a la lune, on prenais de gros bateau ou il était facile de trouver une cachette, et nous débarquions toujours avant que je soit incontrôlable. Le loup et moi purent nous re-muscler, car la vie en cage ce n'est pas ce qu'il y a de plus épanouissant. Mais je crois que nous ne serons jamais très impressionnant. Finalement, nous avons réussi a atteindre Clavinia sans encombre. C'est Needle qui a décidé de la destination, apparemment les esclave y son interdit.

Au début, j'ai cru qu'elle voulait dire que nous n'avions normalement pas le droit d'y allé, mais en fait, c'est l'esclavage qui y est interdit. Donc ça me plaît bien.



Compétences :

Res. Maladie : 1
Perception : 1
contrôle du corps : 1
contrôle de l'esprit : 2

[ Je vais rajouté une illustration du loup plus tard, par ce que je ne l'ai toujours pas fini et que si on l'attend.. Bah c'est pas demain la veille... Merci a Needle d'avoir dessiner 'Shinshin car la aussi on s'en serais pas sortie xD

Et les deux z'étoiles, c'est pour les 8 caractères.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Anshin **   Dim 19 Fév - 21:20

Bonsoir, Anshin, sois le bienvenu sur Maynlie ! ^^

Si le fond de ta fiche est intéressant et bien mené, je dois admettre que j'ai un gros bémol sur la forme, car tu fais beaucoup de fautes, dont certaines que je trouve assez grosses (par exemple, tu écris "d'on" à la place de "dont"). Il faudrait donc faire un sérieux effort là-dessus, car cela rend l'ensemble moins agréable à lire, ce qui est un peu dommage. Tâche donc d'y faire attention à l'avenir. ;)

[Fiche validée !
Tu peux à présent poster dans les parties RP du forum et commencer à jouer.
Et maintenant, il est temps de voir comment tu vas t'en sortir dans notre univers...
Place à tes aventures !]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Anshin **
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Administration :: Registre :: Fiches validées-
Sauter vers: