AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une ronin en perdition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June
Barbare
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Une ronin en perdition   Ven 22 Avr - 1:14

« Terre en vue »
June se releva lentement de son siège pour aller sur le pont. A quoi donc pouvait ressembler une île de pirate ?
Ses yeux s’écarquillèrent d’étonnement lorsqu’elle se retrouva face à Clavinia.
*C’est si… Grand !*
Sur sa propre île, la plus grande des cités faisait peut être la moitié de la ville devant elle. Un mélange d’effroi et d’excitation se mêlèrent en elle-même. Elle inspira amplement, comme toujours avant de prendre une décision catégorique. Elle allait vivre ici désormais, il lui faudrait trouver quelqu’un recherchant ses services, trouver un équipage en somme.
Plus que tout, à présent elle rêvait que sa lame retrouve son utilité d’antan.
Une fois le bateau accosté, elle débarqua avec son baluchon sur son épaule. De près c’était d’autant plus effroyable, le port ressemblait à une véritable fourmilière sans dessus ni dessous.
Elle mit un certain temps avant de sortir de sa torpeur… juste le temps qu’on lui accorda avant de la pousser pour dégager le passage.
Elle se décala dans un coin où elle ne risquerait plus de se faire bousculer pour mieux observer la foule. Il y avait là tout un bateau qui débarquait tandis que des dockers commençaient sans attendre le déchargement de la marchandise, d’autres semblaient compter en même temps les biens et négocier les services auprès du capitaine.
Elle qui pensait que tout serait simple une fois arrivée sur Clavinia, limite que quelqu’un l’attendrait les bras ouverts pour la prendre dans son équipage… elle fut bien déçue.
A présent où aller ? Comment se fait-on recruter ? A qui faire un minimum confiance ?
Elle cherchait en vain un visage qui paraitrait amical et lui indiquerait les démarches à suivre, sans quoi elle se mettrait en recherche d’un endroit pour dormir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaevel

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Jeu 28 Avr - 17:40

Le vent frai soufflait dans mes cheveux alors que je tournai mon regard vers la côte... L'île était là dans toute sa splendeur, illuminée par le soleil levant, balayée par un léger air venteux. J'inspirai profondément l'odeur nouvelle balayée jusqu'à moi - mon odorat, n'était tout de même pas celui du loup en moi, était relativement développé grâce à mes voyages solitaires. Il était facile de distinguer l'odeur du feu de bois, s'échappant de quelques cheminées. Mon coeur se serra - j'avais peut-être eu tort de venir ici ; cette ville était véritablement immense! J'allais m'y perdre un certain nombre de fois avant de me repérer aisément. De plus les nuits de pleine lunes allaient devenir risquées... Je priai au moins que tu cette île il y avait des endroits boisés - je ne m'étais visiblement pas assez renseignée.
*Tant pis* soupirai-je intérieurement.
Je sortis de ma poche arrière le fond de ma bouteille de rhum. Sans hésiter je la bu cul sec. C'est alors que le capitaine s'approcha de moi, laissant les brutes s'occuper de notre approche sur les quais.
"Tu m'as l'air bien pâle, pourtant tu as eu l'air bien tout le long du voyage... Est-ce que ça va?"
"-Ouais... Juste deux trois choses me rendent un peu... mal."
"Ah? Explique donc! Je pourrais peut-être y faire quelque chose."
"-Eh bien d'abord je ne savais pas que Clavinia était si grande... Je n'ai pas un sous, ni d'endroit où aller... Et ça, ça m'agace légèrement... Mais le pire..."
Je levai ma bouteille vide.
"Je n'ai plus de RHUM!"
Il y eu une minute de silence, alors qu'il me regardait fixement, les yeux larges. Soudainement, il explosa de rire.
"Tu n'as pas un sous et tu es inquiète pour ton rhum! Mais ma pauvre fille c'est une philosophie d'homme cela!"
Je ne pus m'empêcher de sourire légèrement (comme une statue de cire pourrait sourire) En effet je n'avais pas encore conscience de ce qu'était la vie dans les grandes villes, n'ayant vécu que dans des hameaux, en vagabond... Ça allait être une expérience intéressante. Il mit alors la main sur mon épaule, souriant, montrant ainsi sa dent en or et dit : "Ne t'inquiète pas... J'ai un peu de rhum en réserve, alors je ferais en sorte que tu en aies une bouteille - mais il va te falloir plus qu'une bouteille pour survivre. J'ai peut-être un petit conseil pour toi... Tu es douée en mécanique à ce que j'ai bu observer..."
Oui, durant le voyage son bras mécanique c'était bloqué, alors je m'étais proposée pour l'aider - ce n'avait pas été bien compliqué, mais le Capitaine semblait très satisfait.
"J'ai un ami inventeur... Ryley qu'il s'appelle. C'est lui qui m'a fait ce bras - peut-être que tu pourrais aller le voir de ma part, histoire de te présenter, et peut-être travailler avec lui. Par contre je te préviens, si il t'emploie, il n'hésitera pas à te faire bosser jusqu'à l'épuisement... Il serait temps que quelqu'un dompte ce vieux fou!!"
Euh... Ouais...? Dompter un type? Quel genre de personnage pouvait-il être pour que le Cap'tain parle de lui ainsi - ce dernier étant très sérieux...
"Par contre sa boutique n'est pas facile à trouver... Horlic Safe... C'est son nom. Tu vas avoir un sacré boulot... Elle est dans le quartier sombre de la ville... C'est un endroit bien mal fréquenté alors méfie-toi..."
Il réfléchit un moment, la main à sa petite barbe qu'il semblait caresser.
"Je te conseil d'y aller en dernier recours, cherche d'abord dans le quartier marchand, il y a toujours des ateliers qui auraient besoin de ton aide!"

Nous accostions au bout d'un quai près du quartier marchand. Au loin je pouvais apercevoir les immenses voiles des trois-mâts et navires de commerces. Je m'étais toujours demandée comment se sentait le capitaine d'un tel vaisseau ne pouvait pas avoir peur pour son navire en s'accostant sur de tels rivages... Je soupirai intérieurement - sûrement étaient ils riches au point de ne pas craindre la mesquinerie de plus faibles gens.
Je descendis du Queen Of Crows, le capitaine me laissa, comme promis, une bouteille de rhum "en remerciement pour la réparation de mon bras" ajouta-t-il calmement. Je leur souhaitai bon vent, et, avec mes outils et mon sac sur le dos, marchai sur les quais à la recherche. Je marchai, bouteille de rhum en main, levant la tête vers les hauteurs des grandes voiles, les pirates déchargeant leurs richesses volées... C'était un endroit frai, vivant, comme des fourmis qui travaillent pour faire le meilleur nid possible...

Je marchai donc entre ces fourmis, réfléchissant.
*Je me demande si une auberge peut me faire payer cher pour une nuit... Sinon je pourrais toujours frapper à la porte de quelqu'un, paraissant ivre morte et prier que ce soit un homme plein de bonnes intentions... Et qu'il me laisse entrer chez lui... Bien sûr pour ce qui suit je l'assommerais et dormirais dans son lit alors que je l'aurai attaché avec une corde, couché sur le paillasson...*
C'était méchant, mais j'avais fait pire. Je pris une nouvelle gorgée de rhum, hésitant néanmoins... C'était tout de même la dernière bouteille avant que je n'ai un revenue stable... Pénible tout cela. Je fis un pas quand BAM. Je titubai un instant, enlevant la bouteille de ma bouche - trop tard, j'étais déjà recouverte de rhum...
"Non..." Murmurai-je d'un coup. "Non.... NON! Pas le RHUM!"
Un frisson de haine me parcouru - j'étais visiblement rentrée dans quelqu'un de peu attentif à l'alcoolique qui marchait au milieu du chemin!! Et ce quelqu'un allait vivement me le payer! D'ailleurs, ce quelqu'un était un homme! Il était mal tombé ce type du sexe faible!
"Ca va pas la tête de boire comme ça! Nous au moins on travaille!" Dit soudainement l'homme, ses cheveux sombres et huileux, sans doute revenu d'un long voyage... Et visiblement j'avais renversé sa cargaison.
"-Ah OUAIS?! C'est parce que je suis une femme que j'ai pas le droit de boire! Et je MARCHE où je VEUX! On est tous libres et égaux ici, nan? C'est pas ce qu'à dit un certain monsieur!? Alors je bois ET je marche où je VEUX."
Le type avait cessé d'essayer de ramasser la marchandise renversée, et me fixa méchamment.
"Oh elle veut faire la forte la madame?"
Ohoho il jouait à un jeu dangereux ce gars, pirate ou non, il allait s'en prendre une. Je gonflai ma poitrine déjà énorme, inspirant au plus profond de mes poumons, et criai : "REND MOI MON RHUUUM!"
La puissance de ma voix sembla le surprendre - je posai mon sac et remontai mes manches - si ça continuait comme cela, si personne ne s'interposait, il allait s'en prendre plein la poire!"
Je me rendis alors compte que notre petite altercation attirait du monde... Tant pis - c'était lui qui avait renversé mon rhum!

[hors rp : mon premier poste est toujours un peu difficile à continuer - j'espère que tu vas trouver une issue à ma merde... U.U]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Barbare
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Dim 1 Mai - 22:27

Alors que June vagabondait dans ses pensées, elle fut rappelée à la dure réalité par un vacarme dont elle n’avait pas l’habitude.
Clavinia était vivante… enfin surtout bruyante, pour June, habituée à une vie bien plus calme.
Depuis sa plus tendre enfance, elle avait été façonnée par la méditation et la sérénité. C’est dire combien ces hurlements lui irritaient les chakras…
La curiosité la poussa néanmoins à s’approcher du regroupement d’où prévenait le brouhaha.
Citation :
"REND MOI MON RHUUUM!"

Un petit bout de femme remontait déjà ses manches et semblait bien déterminée à dérouiller un homme à l’allure poisseuse. Et visiblement, il était prêt à répondre aux menaces de la jeune femme.
D’autres hommes commençaient à encercler le groupe et de toute évidence, ça n’allait sûrement pas tourner en faveur de la rouquine…
Seulement voilà, June avait été élevée dans le traditionnel sens de l’honneur et de la justice. Et de toute évidence à peine arrivée, elle constatait que les valeurs n’étaient pas les mêmes ici…
Avec un calme palpable, elle s’avança entre les deux opposants.
Il lui fallait mettre fin à cette folie avant qu’elle ne prenne d’avantage d’ampleur.

Ses pas étaient amples et assurés, impression décuplée par les mouvements de son hakama (pantalon traditionnel très ample), laissant entrapercevoir ses fines chevilles et ses geta de bois.
Sa main se porta sur la tsuka (poignée) de son katana sans pour autant paraitre agressive.
La jeune femme était armée, et de par son apparence, on se doutait bien qu’elle maitrisait un style assez exotique pour qu’on s’en méfie.
Elle paraissait sûre d’elle surtout grâce à son visage impassible et à ses mouvements gracieux et mesurés.
Elle se glissa du côté de la rouquine pour ne laisser aucun équivoque quant à sa position dans cette querelle.

« Je vous en prie, inutile de chercher plus loin. L’incident est clos. »

Sa voix était impérative, grave et douce. D’un regard scrutateur, elle guettait le moindre mouvement qui aurait pu lui sembler hostile.

« J’ai beau venir de loin, il me semble que vous avez beaucoup de travail, messieurs. Me trompe-je ? »

Se tournant vers la jeune femme :

« Et mademoiselle, si je puis me permettre, je vous conseille de ne pas chercher à obtenir d’avantage des hommes ici. Poursuivez plutôt votre route. »

Son regard appuyait ses propos. Même si elle avait l’air plutôt confiante, la ronin comptait d’avantage sur l’impression qu’elle produisait que sur son sabre.
Si combat il devrait y avoir, ils auraient l’avantage du nombre. C’était une évidence.
A agir ainsi, June s’était mise dans la panade, d’autre plus que la défense de l’opprimé ne serait pas facilitée par l’opprimée en question…
Elle espérait juste que la jeune femme ait encore un peu de jugeote… sinon elles atterriraient dans de beaux draps.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Jeu 5 Mai - 3:00

« Terre en vue !!! »

Dans un roman on aimerai pouvoir dire que ce cri déclencha des vivats, qu’il fut un soulagement pour tous et que l’équipage commença à frénétiquement s’affairer pour préparer le débarquement. Mais ces choses là ne marchent que dans les récits imaginaires et plus ou moins fantastiques. Et il est évident que cela n’a rien a voir avec la situation présente.

En réalité le navire qui fendait les flots était un professionnel.
Le trajet était bien connu de ses marins, les coups de grain n’avaient pas ralenti le voyage plus qu’à l’accoutumé et on attendais Clavinia à l’horizon avant la nuit. Quand au grand chambardement, aux préparatifs affairés et aux manœuvres délicates… elles auraient bien lieu, le lendemain matin.

« On n’va pas encore plus vite que l’vent matelot ! Imagine donc, on aurait qu’à fixer des ailes sur les flancs du navire et on volerais d’île en île avant mêm’ qu’le jour s’éteigne ! Hahaha ! Et puis tiens tant qu’à faire on irait haut, si haut qu’même les nuages pourraient plus nous pisser d’ssus. Hohoho ! …C’est vraiment n’importe quoi ! Et le premier que j’vois pas à son poste dans 2 s’condes, j’lui bourre l’cul dans un canon pour tester !!! »

***

Un chariot bâché, à peine maquillé en véhicule digne de ce nom, faisait son chemin au milieu du chaos apparent d’un port toujours mouvant. Les passants et autres dockers s’écartaient de son passage sans se préoccuper plus de cet obstacle à leurs occupations immédiates. Et c’était parfait. Car on préférait restes sobre si ce n’est discret, une foule d’abolitionnistes en colère pouvaient facilement vous ruiner la journée.

Entravées et entassées, les pauvres créatures qu’on y transportait ne profitaient pas vraiment des titres plus ou moins farfelus qu’on leur octroyait pour l’occasion par de sonores : « Laissez passer le/la [insérez un rang] de la lointaine île de [insérez un nom]. Écartez vous ! ». Afin de tailler discrètement la route sans susciter de question. D’aucuns s'interrogeront sur cette stratégie originale pour ne pas attirer l’attention, mais l’essentiel était que cela marchait jusqu’ici.

Entre deux pans de rideau, une paire d’yeux tentait tant bien que mal de voir ce qui se passait au dehors. Ce regard d’affamé d’images et d’informations sautillait de tête en tête, de scène en scène. Depuis sa position privilégiée ; entendons par là que n’ayant pas de jambes à attacher elle était la seule à pouvoir se redresser ; Anna observait avec envie la vie qui s'ébattait là dehors. Ici un docker aidait un collègue a soulever un coffre massif. Là une femme large d’épaules haranguait les passants, un poisson à la main. Partout des visages tannés et concentrés, d’autres clairs et empruntés. Celui-ci porte un mouchoir à son visage, celui-là sourit bêtement de ses deux chicots. Oh, un monocle sur cet œil là. Ah et ici une rixe se prépare.

Le chariot était arrivé a hauteur d’un petit attroupement, deux femmes épaule contre épaule se tenaient au centre d’un cercle irrégulier de mâles en rut de plus ou moins méchante humeur. Au milieu du chemin ils gênaient le passage et le véhicule ralenti, laissant à la serpentine plus de temps pour détailler le spectacle. Elles ne payaient pas de mine les demoiselles, l’une garçonne et agitée, l’autre exotique et posée. La jeune esclave tentait d’apercevoir leurs visage tout en se demandant avec une fascination morbide la suite de l’événement.
… et si le chariot resterait au pas suffisamment longtemps pour lui laisser le loisir de la voir.

[Voilà donc j’ajoute à la scène une spectatrice et un chariot. Mais Anna ne fait que passer ^^]

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaevel

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Jeu 5 Mai - 17:08

J'étais sur les nerfs... Je n'avais jamais été aussi énervée depuis... Depuis que Isaël avait décidé de me retirer ma boisson pendant mon entraînement... Il l'avait amèrement regretté ce jour-là ; d'où le fait qu'il n'avait pas plus insisté ensuite. Mais l'individu devant moi était tout sauf comme mon ami. Grand, laid, poisseux étant un bon adjectif sur ce coup-là. J'allais m'avancer afin de lui mettre un bon poing dans la gueule, sachant parfaitement que cela était loin d'être raisonnable, mais bon, j'étais ivre, et TRES énervée que l'on ait renversé ma dernière bouteille de rhum - une fois assommé je fouillerai en vitesse ses poches. Cependant ce dernier plan était un peu foireux ; nous étions encerclés, probablement par d'autres pirates qui regardaient déjà mon derrière et ma poitrine avec attention... Si cela devenait une bagarre, même puissante comme je l'étais, je serais rapidement noyée sous le poids de tous ces gens... Et je doutai que ces bons hommes PLEINS de bonnes intentions comptaient aider une jeune femme/ivre/vulgair/violente, sans rien en retour... J'étais à mon désavantage, mais ma dignité ne me permettait pas de me rabaisser devant le sexe faible.
C'est alors qu'une fille aux cheveux sombres passa devant moi. Certes je ne voyais que son dos, mais je vis tout aussi bien qu'elle était maigre, un peu dans le genre chétive... Elle n'avait pas vécu une vie compliquée pour être si fragile.... Armée ou pas armée elle ne tiendrait pas deux minutes dans notre bagarre... Pourquoi fallait-il qu'elle s'interpose? Si ça tournait mal elle deviendrait un boulet, je ne pourrais pas la couvrir sans me prendre de coups... Petite sotte. Pensai-je amèrement.
Sa présence n'enragea encore plus étant donné que son arrivée avait fait siffler quelques individus autour de nous. Maintenant ils avaient hâte que nous fassions quelque chose pour qu'ils puissent se joindre à la melée. Petite SOTTE! Grognai-je intérieurement.
Elle prit soudainement la parole, main sur son épée dont je voyais le fourreau.
Citation :
« Je vous en prie, inutile de chercher plus loin. L’incident est clos. J’ai beau venir de loin, il me semble que vous avez beaucoup de travail, messieurs. Je me trompe ?»
Je soupirai silencieusement alors qu'elle se tourna vers moi, son regard calme; elle avait un sacré culot cette gamine malgré tout... C'était une qualité que j'aimais bien chez ces êtres humains.
Citation :
Et mademoiselle, si je puis me permettre, je vous conseille de ne pas chercher à obtenir d’avantage des hommes ici. Poursuivez plutôt votre route.
Mon sourire s'élargit. Bien qu'audacieuse, elle était naïve. Je baissai un instant le regard vers le sol, ébouriffant mes cheveux, paraissant gênée. Puis je pris une voix très féminine et timide.
"Oui vous avez raison... Je me suis peut-être un peu emportée."
Mon sourire intérieur n'aurait pu être plus narquois. Je me sentais bouillir d'excitation, anticipant la suite. Je m'avançai, faisant des petits pas timides. Je m'arrêtai une seconde à côté de la fille et lui murmurai dans l'oreille.
"Prépare-toi à courir... Ca va chier."
Avant qu'elle n'ajoute quelque chose pour protester, je m'avançai vers l'homme poisseux, gonflant ma poitrine déjà exubérante. Je m'approchai assez proche pour qu'il soit à longueur de bras, puis dit d'une voix timide.
"Je suis vraiment désolée... Comment pourrais-je m'excuser..."
Je vis ses yeux briller. C'est alors que ; quelle malheur! Je marchai sur les fruits que contenaient la caisse de bois que j'avais fait tomber.
"Oh ZUT!"
Il regarda soudainement le sol, et là je pris l'arrière de sa tête et l'éclatai contre mon genoux dressé. Je lui donnai ensuite un coup dans les genoux ; il tomba au sol, et j'enfonçai sa tête dans le cageot de fruits.
"Connard! Criai-je au passage."
Je me retournai d'un coup, couru vers la fille, et, sans hésiter, lui attrapai le poignet, et fonçai dans la foule, choppant mon sac au passage. Je fis tomber un certain nombre de gens au passage. Je tournai la tête pour apercevoir momentanément des cheveux bleus ; une personne de courte taille? Peut-être, mais je n'avais pas le temps de me poser la question, ma vision trop floue pour que je sois concentrée.
Je traînai la fille jusqu'à ce que nous ayons échappé la foule, puis la lâchai. Je me retournai brièvement vers elle : "Cours encore un peu, cache-toi, attend que ça se calme. Suis-moi si tu veux!"
Je repris ma course et continuai, ne sachant pas si je devais l'attendre... Finalement elle m'avait aidé, involontairement, à me venger... Oh elle ferait comme elle voudrait, j'avais une petite dette envers elle - si elle avait besoin d'un garde du corps, j'étais là!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Barbare
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Dim 15 Mai - 18:01

La demoiselle lui sourit et June laissa échapper un soupir de soulagement, finalement peut être n’était-elle pas si… irraisonnable….

"Oui vous avez raison... Je me suis peut-être un peu emportée."

Sa voix… c’était si différent par rapport à son attitude avant son arrivée, quelque chose sonnait archi faux, mais difficile de le faire remarquer.
Elle paraissait si « mignonne » d’un seul coup, loin du caractère brulant de furie qu’on avait pu entendre de l’autre bout du port.

"Prépare-toi à courir... Ça va chier."
Ce murmure confirma ses craintes, June repris une grande inspiration et lâcha sa Tsuka. S’il fallait courir… autant mettre toutes ses chances de son côté.
Qui qu'elle soit, la rouquine avait tout l'air d'une sale petite peste et la situation se prêtait mal aux enfantillages...
*Pas besoin de consulter mes ancêtres pour savoir que ça va mal tourner…*

"Je suis vraiment désolée... Comment pourrais-je m'excuser..."
Comment pouvait-il la croire une seule seconde ?
"Oh ZUT!"

La suite aurait laissé n’importe qui bouche bée…L’homme avait le visage en sang et le nez tellement écrasé que c’était à se demander s’il en avait jamais eu un.
"Connard!’’
Pour sûr, la rouquine n’allait pas se faire des amis parmi les dockers…
Cette dernière se jeta vers June, attrapa son poignet… et June la suivie sans trop se poser de question, cette ville était tout simplement…. Déjantée !

"Cours encore un peu, cache-toi, attend que ça se calme. Suis-moi si tu veux!"

« Attends ! »
La rouquine ne l’attendit bien évidemment pas, ce pourquoi June continua à la suivre jusqu’à ce qu’elles soient suffisamment éloignée du port et bien essoufflées.

« Vous… avez…. Décidément de drôles de coutumes par ici ! Ce genre de choses arrive tous les jours ? »
La ronin lui souriais légèrement, néanmoins tout cela relevait à ses yeux de la pure démence, comment pouvait-on être aussi….insouciant ?
*L’équilibre des chakras n’est pas son fort*

« Je suis June… Je viens d’assez loin et chez moi… On n’a pas vraiment la même façon de faire les choses… »

Elle lui tendit la main en signe de bienveillance, bien qu’elle se méfiait d’elle… de toute évidence même si son style était d’un précaire, il ne fallait pas la sous-estimer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaevel

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Dim 15 Mai - 20:46

Je m'étais remise à courir sans me poser de questions : agir d'abord, poser les questions ensuite. Surtout quand il s'agissait de me sortir d'une situation que je n'avais, au fond, fait qu'aggravé. Mais je ne pouvais pas laisser son insolence impunie - ce mec, laid en plus, n'était qu'un abruti, et il fallait que quelqu'un lui apprenne les bonnes manières. Cela me rappela étrangement mes premières leçons avec Isaël, qui avait tout d'abord commencé par me maîtriser à cause d'une lune qui n'avait, heureusement, pas été pleine. C'était dingue comme cette leçon lui avait servi pour contrôler ma puissance Lycanthrope. Je sentis les frissons d'excitation parcourir mon corps, ma haine et joie de ce combat me rendait tout à fait hystérique. Mon corps bougeait tout seul dans ma course, trop amusée avec moi même pour voir que la fille me suivait. Ce n'est que lorsque je tournai la tête que je vis qu'elle était encore là - je me demandais bien si c'était parce qu'elle voulait un garde du corps qu'elle me suivait, ou si c'était simplement dans cette direction qu'elle avait décidé de fuir... Dans les deux cas ce n'était pas logique, étant donné que j'étais un aimant à mauvaises ondes, et tout finissait par me tomber dessus, quelque soit la situation. Elle ne pouvait pas être aveugle au point de ne pas avoir remarqué cela. Je soupirai intérieurement - je ne savais pas ce qu'elle me voulait, mais elle allait sans doute me poser des questions... Et qu'est-ce que je détestais ça.
Lorsque je jugeais les ennemis assez loin, je ralentis ma course. Naturellement j'étais presque à bout de souffle, je n'avais pas les capacités de ma seconde nature... Je vis la fille ralentir derrière moi ; elle était endurante la p'tite... Je me demandais soudainement si elle savait bien manier ce sabre.
Nous étions plutôt loin du port, les maisons ici plus rapprochées, les rues moins larges - on voyait aussi moins le ciel... Je me retournai vers la gamine - elle devait être relativement jeune... Une humaine après tout. Même si elle était peut-être plus vieille que moi humaine, j'étais plus vieille qu'elle à cause de ma nature monstrueuse ; mes cheveux gris en étaient la preuve. Plus je me regardais dans le miroir, plus j'avais l'impression de prendre des années chaque minute. Ce n'était pas drôle de vivre ainsi... Mais il fallait que j'en profite à fond... Et puis même avec des cheveux gris, je serais toujours au top de ma forme... Juste je mourrais d'un coup, l'énergie me quittant d'un coup. Oui j'allais mourir un jour, et je m'y étais fait.
Je pensais soudainement à mon rhum laissé entre les pavés de ce port crade... Pourquoi MON Rhum.
Alors que ma mauvaise humeur naturelle me revenait petit à petit en pensant à mon alcool, la fille prit la parole.
« Vous… avez…. Décidément de drôles de coutumes par ici ! Ce genre de choses arrive tous les jours ? »
Elle était aussi essoufflée que moi - eh oui nous n'étions qu'humains... Mais je ne répondis rien, entre d'humeur noire. Elle me fixa avec un sourire hésitant. J'avais envie de grogner comme ma seconde nature... Mais non, j'étais humaine, j'étais MOI. Pas ce monstre qui refaisait surface pour assassiner des gens.
Elle me tendit soudainement la main. Réalisait-elle que si nous avions été la nuit j'aurais pu lui arracher en deux temps trois mouvements?
*Calme...* pensais-je, sentant ma rage me revenir comme les vagues de rhum qui avaient été gaspillées sur le port.
Elle me tendit soudainement la main, souriante doucement.
« Je suis June… Je viens d’assez loin et chez moi… On n’a pas vraiment la même façon de faire les choses… »
Je regardai la main avec un air de dédains. Elle était sérieuse là...
"Ca... C'est sûr!" Dis-je assez sèchement. "Qu'est-ce qui t'a prit d'intervenir ainsi, idiote! Tu aurais pu te faire pire que tuer là bas..."
J'ébouriffais mes cheveux, sentant la sécheresse de ceux gris qui poussaient comme des bambous sur ma tête.
"Je n'ai pas besoin de ton aide, ni celle de qui que ce soit. Alors tu es gentille la prochaine fois tu n'agis pas ainsi - creuser une tombe pour quelqu'un qui a encore longtemps à vivre c'est carrément con."
Malgré des propos relativement secs, j'essayais de ne pas laisser transparaître le regret de ne pas avoir la longévité d'un humain... Mais cette fille avait failli gaspiller ce don fait à tous les humains... Moi je n'avais pas cette chance, d'ailleurs je n'avais pas plus de deux ans à vivre.
"Idiote." Répétai-je en me retournant.
Je regardai si personne ne nous avait suivit jusque là ; visiblement non.
"Moi je n'ai plus de rhum alors mis à part si tu vas me filer de l'argent dans cette main, range là où elle sera plus utile - genre, vers ton épée bizarre là."
"Et puis pourquoi es-tu partie de chez toi? Si tu aimes tant la paix et la réconciliation, que viens-tu faire dans ce lieu réputé pour ses pirates et marchands d'esclaves? Es-tu utopiste au point de croire que des mots pourraient changer quelque chose?"
Je me surpris moi-même - j'utilisais de bien grands mots aujourd'hui - c'était mal d'être trop sobre, je n'avais plus les pensées ni claires ni directes... J'étais... Lucide! C'était un véritable blasphème!
Je ne savais pas si la fille avait baissé son bras... Mais en réalité je ne voulais pas le savoir - maintenant que j'étais d'humeur plus calme, il me semblait qu'il serait plus sympa de la remercier... Elle avait voulu m'aider en agissant ainsi - et puis elle venait d'ailleurs cette fille...
"Non!" Grognais-je soudainement à moi-même sans faire attention à si elle disait quelque chose.
Je courbai un instant le dos, n'ayant pas la fille dans mon champ de vision, j'en profitai pour me recomposer, prenant un visage moins agressif mais blasé.
Je me tournai momentanément pour la regarder dans les yeux, puis baissai le regard. J'aimais pas me présenter... Mais bon. Je ne comptais pas m'excuser alors c'était ça ou rien.
"Moi c'est Jaevel. C'est à peu près tout ce que tu auras à savoir... Et je ne suis pas d'ici non plus alors garde tes commentaires pour toi."
Je regardai un dernier instant si nous n'étions pas suivit, puis ajoutai : "Bon moi je vais chercher un boulot... Si t'as un peu peur que l'on te retrouve tu fais comme tu veux - je servirais de diversion si ils nous trouvent - pour que t'ai l'occasion de fuir. Et n'essaie pas de t'interposer si ça tourne mal. Bref moi j'me casse."
Elle me suivrait si elle voulait - elle était assez grande pour décider d'elle-même - eh puis si elle venait d'un environnement différent, ça ne pouvait pas me tuer d'apprendre des choses sur sa culture - je n'avais plus longtemps à vivre, alors autant se renseigner un peu avant un nouveau voyage.

_________________
Quand les vents sont favorables et que le temps s'engouffre dans le néant

Seuls les fous dansent de joie devant la clémence des Dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
June
Barbare
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 01/04/2011

MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   Dim 15 Mai - 22:10

"Ca... C'est sûr!" Dis-je assez sèchement. "Qu'est-ce qui t'a pris d'intervenir ainsi, idiote! Tu aurais pu te faire pire que tuer là-bas..."

Le faible sourire de June évanouie comme neige au soleil, laissant la place à son air inexpressif et calme.

"Je n'ai pas besoin de ton aide, ni celle de qui que ce soit. Alors tu es gentille la prochaine fois tu n'agis pas ainsi - creuser une tombe pour quelqu'un qui a encore longtemps à vivre c'est carrément con."
"Idiote."


June avait beau être un roc, elle avait son honneur de guerrière, et cette petite effrontée avançait sur un mauvais terrain.

« Je prends note de laisser l’ivrogne de rouquine seule aux mains des dockers, je me contenterai de sauver ceux qui le mérite. Quand à ma vie j’en suis la seule détentrice et je n’ai en aucun cas de leçon à prendre de la part d’une femme en guerre avec elle-même. »

Moi je n'ai plus de rhum alors mis à part si tu vas me filer de l'argent dans cette main, range là où elle sera plus utile - genre, vers ton épée bizarre là."


June avait depuis un moment rangé toute action amicale, et avait laissé place à son masque froid.
*Une alcoolique se renfermant dans sa carcasse, je ne puis rien pour son âme.*

"Et puis pourquoi es-tu partie de chez toi? Si tu aimes tant la paix et la réconciliation, que viens-tu faire dans ce lieu réputé pour ses pirates et marchands d'esclaves? Es-tu utopiste au point de croire que des mots pourraient changer quelque chose?"


June ne répondit pas, pas même un battement de cils. Ce pourquoi elle avait quitté sa vie, elle ne risquait pas de lui en parler.
Quant à son utopie… c’était sa voie du katana, celle suivie par ses ancêtres et qui avait bien plus de valeur et d’honneur que les paroles d’une ivrogne.

"Non!"

Étonnamment, l’agressivité baissa d’un cran dans l’attitude de la jeune femme.
*De toute évidence c’est autant le chaos à l’intérieur qu’à l’extérieur. *

Moi c'est Jaevel. C'est à peu près tout ce que tu auras à savoir... Et je ne suis pas d'ici non plus alors garde tes commentaires pour toi."

Bon moi je vais chercher un boulot... Si t'as un peu peur que l'on te retrouve tu fais comme tu veux - je servirais de diversion si ils nous trouvent - pour que t'ai l'occasion de fuir. Et n'essaie pas de t'interposer si ça tourne mal. Bref moi j'me casse."


« Je sais me défendre et je n’ai pas besoin de fuir ou d’avoir à utiliser des stratagèmes comme tu le fais Jaevel. Va donc chercher de quoi t’enivrer l’esprit si c’est ce que tu désires.
Je ne peux te suivre dans ton chaos malgré les hurlements de ton âme, sache juste que tu sauras me retrouver si à un moment tu cherches à trouver une paix intérieure.

Je vais suivre ma voie du sabre et la mettre au service de ceux qui en ont vraiment besoin, de toute évidence tu n’es pas encore prête à livrer le véritable combat. »


Silencieusement, June se retourna. C’était difficile pour elle de se retrouver dans une ville inconnue et qu’on lui fasse déjà revenir en mémoire son frustrant échec, la mort de son maitre…
Elle aurait dut se tuer également à ce moment-là plutôt que choisir la vie de Ronin, pourquoi ne l’avait-elle pas fait ?
L’ancienne samouraï chassa ces pensées, elle avait ses démons elle aussi, mais n’était-ce pas là l’unique et véritable lutte ?
Peut-être que Jaevel le comprendrait elle aussi… Peut-être voudra-t-elle se battre plutôt que de fuir dans son rhum ?

*Ses démons doivent être puissant pour causer un tel chaos, mais de puissant démon requièrent une force spirituelle importante… Elle a cessé le combat depuis trop longtemps surement.*

Elle avait aperçu une taverne dans sa course folle, peut être trouverait elle plus amples informations là-bas.
June reprit donc sa route à pas lents et silencieux vers la taverne en question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une ronin en perdition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ronin en perdition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Basse :: Port :: Quais-
Sauter vers: